Retour

Edito du 5 décembre 2002
Marcel Moreau, Corpus Scripti
Prix Wepler-Fondation La Poste 2002

Par Nathalie Jungerman

Photo portrait de Marcel Moreau.

La tristesse des sens, il n’y a pas pire.
Une écriture d’avant les mots, et même d’avant les idéogrammes. Elle est indéchiffrable mais inaugurale et toute-puissante. Nous ne savons d’où elle vient, nous savons seulement qu’elle est née avec nous, en nos obscurités de chair et de sang.
Un livre qui m ’écraserait de son corps verbal nourri de mon corps charnel.

Marcel Moreau, Corpus Scripti

La relation de l’écriture au corps, du corps à la création, un récit bousculé par des considérations scripturales, un amas d’impressions et de « corps-langage » qui, par la répétition, le ressassement, tend parfois vers la litanie... L’œuvre de Marcel Moreau - lieu de la liberté et des mouvements, des émissions de forces et d’énergies - inscrit le corps dans le champ de la pensée. Oeuvre Raisons Complexes, mars 1952, de Jean Dubuffet.
Ses manuscrits sont des compositions mouvantes qui s’entrecroisent, se superposent et se heurtent. Un combat de blocs surchargés de signes qui bravent la page blanche. La dévorent. Ses manuscrits ont passionné les peintres et notamment Jean Dubuffet.
Marcel Moreau a écrit quarante-deux livres et Corpus Scripti, paru en octobre dernier aux Éditions Denoël, vient d’être couronné par le Prix Wepler Fondation La Poste 2002. Une occasion de rencontrer cet écrivain en perpétuelle quête, immensément amoureux des mots, entré en écriture par une sorte de nécessité physique. Avec puissance et fureur.

Le jury du Prix Wepler-Fondation La Poste a attribué sa mention spéciale à Thierry Beistingel pour son deuxième roman, Composants, publié aux éditions Fayard. Une langue audacieuse qui épouse l’absurdité d’un monde déshumanisé, impersonnel et répétitif : l’univers du travail, de l’usine, d’un quotidien inéluctable. Beistingel procède par accumulations de termes. Il emploie le pronom personnel indéfini, compose avec une syntaxe nominale, rythmée et saillante.

Nathalie Jungerman


Retour